Qu'est-ce que

le Sport Santé ?

Le "sport santé" recouvre l'ensemble des pratiques d’activités physiques ou sportives qui contribuent au bien-être et à la santé du pratiquant.

Le "sport santé" recouvre l'ensemble des pratiques d’activités physiques ou sportives qui contribuent au bien-être et à la santé du pratiquant.

Les Maisons Sport Santé

dans les Bouches-du-Rhône

Provence en Forme

- Orienter les personnes sollicitant la MSS vers des structures de proximité.

- Utiliser une base d’outils communs et personnalisables (fiche de prescription médicale, logiciel de traitement des évaluations de la condition physique...).

- Bénéficier d’un suivi coordonné et partagé entre les structures.

- Faciliter les échanges avec une multitude d’acteurs du réseau.

- Conseiller et accompagner au développement de projets sport-santé.

 

Parcours type : Accueil téléphonique : - Orientation vers une des 14 plateformes sport santé ou Prise en charge par la MSS (site de Marseille)

logo_PEF_MSS_carré_transparent.png
Maison Intercommunale Sport Santé

Parcours médico-actif en 6 étapes : 1. Accueillir le public à la MISS afin de l’informer 2. Établir un bilan initial 3. Orienter au plus près des lieux de vie des bénéficiaires 4. Coordonner les 7 associations adhérentes sur le territoire proposant des APA. 5. Établir un bilan final 6. Pérenniser l’activité Interventions en lien avec Sport pour tous :

- Programmes passerelles : Programme Diabet’Action ; Programme Cœur & Forme ; Programme Intégré d’Equilibre Dynamique).

- Atelier équilibre 

- Atelier nutrition séniors 

- Check up santé séniors 

MISS.png
Assistance Publique Hôpitaux de Marseille et ville de Marseille

La stratégie Sport Santé déployée dans le cadre du projet Maison Sport Santé utilise la répartition géographique des sites de l’AP-HM : - Les hôpitaux Sud - La Timone - La Conception - L’hôpital Nord

Plateforme MOUVEAL pour :

- une réponse structurée à la pratique du sport sur prescription médicale,

- prévenir les risques et dommages liés aux maladies chroniques (ostéoarticulaire, cardiovasculaire, oncologique, respiratoire…),

- orienter le patient vers une APA et de fait réduire les dépenses de santé publique liés à la sédentarité.

pef-couv-fb.jpg
logo-ville-de-marseille-1.png
 

Les bienfaits de l'activité physique

Les bénéfices de l'activité physique sur la santé 

Les bénéfices pour la santé de l’activité physique sont aujourd’hui bien documentés et ses effets démontrés, quels que soient l’âge et le sexe.

Pour les adultes, il est recommandé de pratiquer 30 minutes d’activité physique développant l’aptitude cardio-respiratoire d’intensité modérée à élevée, au moins 5 jours par semaine, en évitant de rester 2 jours consécutifs sans pratiquer. 

Pour les enfants et adolescents de 6 à 17 ans, il est recommandé de pratiquer au moins 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à élevée.

(Source Anses – Avis et rapport relatifs à l’ « Actualisation des repères du PNNS : Révisions des repères relatifs à l’activité physique et à la sédentarité », 201

 

Pour un langage commun

Professionnels du sport, institutionnels, professionnels de la santé, pratiquants ou futurs pratiquants, vous aurez peut être constaté qu'un vocabulaire riche et parfois complexe est utilisé lorsque l'on parle de sport santé. 
Voici quelques définitions pour nous aider à mieux se comprendre !

Inactivité physique & Sédentarité

INACTIVITÉ PHYSIQUE

 

L’inactivité physique est définie comme une pratique d’activité physique d’intensité modérée à élevée inférieure à un seuil recommandé.

Les seuils référentiels définis par l’OMS (2010) sont de 30 min 5 fois par semaine pour les adultes et 60 min/j pour les enfants, les adolescents et les seniors.

(Source : Inserm 2019)

SÉDENTARITÉ

 

La sédentarité est définie par une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique faible (en position assise ou allongée).

La sédentarité (ou comportement sédentaire) qui se distingue de l’inactivité physique, a des effets délétères indépendants de celle-ci sur la santé.

(Source : Inserm 2019)

Activité physique & Sport

ACTIVITÉ PHYSIQUE

 

Tout mouvement corporel produit par contraction des muscles squelettiques entraînant une augmentation de la dépense énergétique par rapport à la dépense énergétique de repos. L’activité physique regroupe l’ensemble des activités qui peuvent être pratiquées dans différents contextes, en poursuivant des objectifs variés (utilitaires, sanitaires, sociaux, etc.). Les principaux contextes de pratique d’activité physique sont le travail, les transports, les activités domestiques et les loisirs.

(Source : ANSES 2016)

SPORT SANTÉ

 

Le sport santé recouvre la pratique d’activités physiques ou sportives qui contribuent au bien-être et à la santé du pratiquant conformément à la définition de la santé par l’organisation mondiale de la santé.

(Source : Sports.gouv.fr)

SPORT

 

On entend par « sport » toutes formes d’activités physiques et sportives qui, à travers une participation organisée ou non, ont pour objectif l’expression ou l’amélioration de la condition physique et psychique, le développement des relations sociales ou l’obtention de résultats en compétition de tous niveaux.

(Source : Charte européenne du sport 2004)

ACTIVITÉ PHYSIQUE

ADAPTÉE

 

Pratique dans un contexte d’activité du quotidien, de loisir, de sport ou d’exercices programmés, des mouvements corporels produits par les muscles squelettiques, basée sur les aptitudes et les motivations des personnes ayant des besoins spécifiques qui les empêchent de pratiquer dans des conditions ordinaires.

(Source : Décret n° 2016-1990 du 30 décembre 2016)

Sport sur prescription

La loi de modernisation de notre système de santé a introduit en 2016 la possibilité, pour le médecin traitant, de prescrire une activité physique aux personnes souffrant d’une Affection de Longue Durée (ALD). Cette mesure concerne 10,7 millions de Français atteints d’ALD (CNAM-DSES 2017).

Dans le cadre d'une prescription d'activité physique adaptée, il existe deux types d'offres sportives : l'APAP et le SSBE.

 

L'ensemble de ces offres sont référencées par l'Agence Régionale de Santé PACA sur le site monsportsantepaca.

ACTIVITÉ PHYSIQUE

ADAPTÉE PERSONNALISÉE

 

Pratique d’activité physique adaptée à but thérapeutique (prévention secondaire et tertiaire), destinée spécifiquement à des personnes atteintes de maladies chroniques, au sein d’un groupe restreint. La pratique d’APAP est progressive, adaptée à la personne dans sa globalité, sécurisée, et sous-entend un programme incluant un protocole d’évaluation physique et motivationnel et un lien formel établi entre l’intervenant et le corps médical. Au mieux, cette offre s’inscrit au sein d’un parcours médico-actif déterminé en inter-professionnalisé.

SPORT SANTÉ 

BIEN ÊTRE (SSBE)

 

Pratique d’activité physique à visée bien-être (forme / qualité de vie / lien social…) sans prétention thérapeutique, sans protocole particulier, n’exigeant ni cadre de collaboration ou liens établis entre professionnels de santé et intervenants sportifs, ni suivi d’un parcours médico-actif balisé. La pratique est destinée à des personnes atteintes de malades chroniques sans limitations fonctionnelles ou avec des limitations minimes, suffisamment autonomes pour s’adapter à un niveau général de groupe.

 

La loi sport sur ordonnance

La loi de modernisation de notre système de santé a introduit en 2016 la possibilité, pour le médecin traitant, de prescrire une activité physique aux personnes souffrant d’une Affection de Longue Durée (ALD).

Cette mesure concerne 10,7 millions de Français atteints d’ALD (CNAM-DSES 2017).

La prescription de l’activité physique, adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical des patients en ALD, peut être dispensée par les professionnels de santé (masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes et psychomotriciens), les enseignants en activité physique adaptée ou encore les éducateurs sportifs.

Le dispositif, entré en vigueur en mars 2017, a été complété par une instruction aux agences régionales de santé et aux Directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS) pour faciliter sa mise en œuvre dans les territoires.

Le décret du 30 décembre 2016

Pratique d’activité physique à visée bien-être (forme / qualité de vie / lien social…) sans prétention thérapeutique, sans protocole particulier, n’exigeant ni cadre de collaboration ou liens établis entre professionnels de santé et intervenants sportifs, ni suivi d’un parcours médico-actif balisé. La pratique est destinée à des personnes atteintes de malades chroniques sans limitations fonctionnelles ou avec des limitations minimes, suffisamment autonomes pour s’adapter à un niveau général de groupe.

L'instruction ministérielle du 3 mars 2017

Relative à la mise en œuvre des articles L.1172-1 et D.1172-1 à D.1172-5 du code de la santé publique et portant guide sur les conditions de dispensation de l’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une affection de longue durée.

Relative à la mise en œuvre des articles L.1172-1 et D.1172-1 à D.1172-5 du code de la santé publique et portant guide sur les conditions de dispensation de l’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une affection de longue durée.

L'arrêté du 8 novembre 2018

Relatif à la liste des certifications fédérales autorisant la dispensation d’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une affection de longue durée.

L'arrêté du 19 juillet 2019

Relatif à la liste des certificats de qualification professionnelle autorisant la dispensation d’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une affection de longue durée.

Synthèse de la réglementation applicable aux Etablissements d'Activités Physiques et Sportives

Par le bureau de la protection du public, de la promotion de la santé et de la prévention du dopage (DSB2) – Mars 2017 Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports.

Amendement n°3980 "Démocratiser le sport en France" du 13 mars 2021

Afin de démocratiser le sport en France, cet amendement permet aux médecins, quels qu'ils soient, puissent se saisir de la possibilité d'encourager leur patient à pratiquer régulièrement une activité physique dans le cadre de leur parcours de soin. Il permet également de s'adresser à tous les patients malades chroniques (plus uniquement les patients atteintes d'ALD).